François Hollande et ses drôles de visions

Publié le par Yohann Duval

François Hollande était à Dunkerque ce Mardi. Accompagné du ministre du travail Michel Sapin, il a tenté de convaincre les citoyens et les journalistes présents qu'il avait un cap et une idée précise des moyens à mettre en œuvre pour tenir sa promesse d'inverser la courbe du chômage d'ici à la fin de l'année. Le président a eu bien du mal à cacher son impuissance face à une situation sociale en passe de devenir intenable.

 

 

hollandedk.jpg

 

 

Difficile d'être optimiste, à l'heure actuelle : depuis 2009, la zone euro compte 3 millions de chômeurs supplémentaires et l'OCDE avance des chiffres prévisionnels effrayants, avec une hausse du nombre de demandeurs d'emplois jusqu'à la fin de l'année 2014. Les plans d'austérité en Grèce, en Espagne et ailleurs n'ont pas fini de produire leurs effets dévastateurs. De son côté, la France est engagée sur une pente similaire : elle a perdu 1087 usines en 3 ans et la tendance ne faiblit pas. Il n'y a même jamais eu autant de chômeurs dans le pays. Cette réalité, François Hollande n'en a cure : il a vu la "reprise" comme d'autres ont vu la vierge et invoque la croissance comme d'autres invoquaient autrefois la pluie. Son seul cap ? La méthode Coué.

 

Le président a toutefois un atout dans sa manche : une flopée d'emplois d'avenir et de contrats aidés. Pour compenser la hausse continue du chômage, il attend une montée en puissance de ces dispositifs dans les prochains mois. Il espère pouvoir tenir sa promesse, avant l'inévitable rechute début 2014. S'il est toujours bon de trouver une occupation à une jeunesse désœuvrée, il n'en demeure pas moins que ces emplois, largement subventionnés, coûteront cher et n'auront qu'une portée très limitée. Ils ne régleront pas à eux seuls les problèmes de fond qui touchent notre pays.

 

Ceux-ci sont bien connus : le manque de protection de nos entreprises face à la concurrence déloyale des pays émergents ou de ceux d'Europe de l'Est, la surévaluation de l'euro qui pénalise nos exportations et une fiscalité de plus en plus écrasante qui nuit à nos petites et moyennes entreprises. Face à de telles contraintes, les emplois d'avenir font figure de mesurette. Pour redresser le pays, il faudra prendre des décisions radicales : protectionnisme ciblé, démontage de l'euro et baisse des charges pour les PME, particulièrement pour celles qui investissent en France.

 

Cela implique nécessairement de rompre avec l'Union Européenne telle qu'elle existe actuellement et ses dogmes obsolètes. La France a besoin d'autre chose que des partis qui ont échoué à tour de rôle en menant une même politique de soumission à Bruxelles. Elle a également besoin d'une réponse plus concrète que la protestation stérile proposée par les extrêmes.

Publié dans Dunkerque

Commenter cet article

Sans emploi ou fiché en banque bénéficiez d'un crédit à 1,2% le taux 11/09/2016 22:37

Plus besoin de banque, le prêt en ligne sans banque sûre et sécuriser.
Plus de besoins de banque, avant d'avoir un crédit, avec des conditions favorables.
Vous avez besoin d'un financement pour votre maison, pour vos
Affaires, pour achat de voiture, pour l'achat de moto,
Pour la création de vos propres entreprises, pour vos besoins
Personnels plus de doute. Nous octroyons des crédits personnels
Allant de 2000 jusqu'à 1.000.000 avec un taux
D'intérêt nominal de 1,2 % quel que soit le montant.
Veuillez nous préciser dans vos demandes de prêt
Le montant exact que vous souhaiteriez et la date.
Veuillez nous écrire pour vos prêts personnels.
Réponse rapide : Carlosduvrait@yahoo.fr