L'UMP, parti des "voyous de la République" ?

Publié le par Yohann Duval

Mardi 15 Mai, la passation de pouvoirs entre Nicolas Sarkozy et le nouveau président, François Hollande, a eu lieu. Tradition républicaine, elle aurait dû être le symbole de l'unité de la nation et de la solidité des institutions. C'était sans compter sur l'irruption de quelques "hooligans" de la politique...

 

voyou.jpg

 

 

De nombreux militants de l'UMP - près de 300 selon www.letelegramme.com - massés devant la palais de l'Élysée, n'ont rien trouvé de mieux à faire que de siffler copieusement tout invité de gauche passant à leur portée. Belle preuve d'unité du pays. Bel exemple de savoir-vivre.

 

Ce n'est pas la première fois que la droite sarkozyste s'illustre de bien triste manière. Nous nous souvenons ainsi de l'agression subie par Marine Turchi de Mediapart au Trocadéro, puis de l'agitation autour de Ruth Elkrieff et de Thierry Arnaud, de BFM TV, lors d'un rassemblement à Toulon.

 

 

 

Nous gardons également en mémoire les ridicules sifflets lors du discours suivant l'annonce de la défaite du président sortant, le 6 Mai dernier. Au moment où le candidat battu commençait son intervention par "le peuple Français a fait son choix...", une bronca terrible avait secoué la Mutualité. Cette scène se répétait lorsque l'orateur annonçait que le nouveau président devait être respecté. Les excès des militants présents avaient conduit Nicolas Sarkozy a les rappeler à l'ordre de manière sévère.

 

 

 

 

Alors qu'en cas de défaite, la décence et le respect de la démocratie commandent de féliciter le vainqueur et de retourner travailler pour préparer les victoires futures, ces quelques fauteurs de trouble en sont, hélas, vraisemblablement à souhaiter l'échec de François Hollande, même si cela doit se traduire par des souffrances et du malheur pour le pays. Doit-on y voir le résultat de la politique clanique et clivante menée pendant 5 ans par ce que Marianne appelait le "voyou de la République" ?

 

Cette attitude ne grandit pas le nom du principal parti d'opposition. Ces militants agissaient-ils sur ordre de leurs dirigeants, ou s'agit-il d'une initiative spontanée ? Dans ce dernier cas, nul doute que ces agissements seront vigoureusement condamnés par les ténors de l'UMP.

 

Que pense mon adversaire pour les législatives, Valérie Karmère-Loisel, de cette lamentable prestation des militants de son parti ?

 


 

Pour suivre le fil de ma campagne pour les législatives : http://www.duval2012.fr/

Ou sur Facebook :  http://www.facebook.com/duval2012

Publié dans Actualités

Commenter cet article