Publication des patrimoines : un (petit) pas dans la bonne direction

Publié le par Yohann Duval

Les ministres du gouvernement Ayrault viennent de rendre public leur patrimoine. Certains ont vu derrière cette décision soudaine une poussée de "voyeurisme" (Copé), qui ne servirait qu'à répondre à une "excitation malsaine" (Juppé) et à la "jalousie" (Copé, encore lui) des citoyens lambda. Nombreux sont les politiques à craindre le "grand déballage" (Berger, de la CFDT). Puisque le peuple réclame dans sa grande majorité un peu plus de transparence (près de deux tiers des Français seraient favorables à la publication des patrimoines, d'après l'IFOP), c'est également le "populisme" (Bartolone) - un mot qui en révèle décidément beaucoup sur ceux qui l'utilisent - qui a fréquemment été dénoncé. Bref, cette opération ne serait en verité "pas une bonne nouvelle pour la démocratie" (Bouvet, de la défunte "gauche populaire"). L'opacité étant, c'est bien connu, la mère de toutes les vertus.

 

 

gouvernementps.jpg

 

S'il paraît difficile de comprendre les raisons d'un tel tir de barrage d'une partie de la classe politique (que de complexes vis-à-vis de l'argent !), il faut reconnaître que cette réponse à l'affaire Cahuzac peut sembler légèrement hors-sujet. Ce n'est pas la déclaration de patrimoine du maire de Villeneuve-sur-Lot qui posait problème : rien de ce qui y figurait n'aurait pu nous permettre de détecter la moindre fraude. Cette poignée de fichiers PDF est donc à prendre pour ce qu'elle est, à savoir... un ensemble de déclarations sur l'honneur, rien de plus. Il ne s'agit pas nécessairement du fidèle reflet de la situation patrimoniale des personnes concernées. Il est impossible d'y déceler de l'honnêteté ou de la fourberie. Pour mettre à jour les anomalies, si elles existent, il faut un contrôle strict : d'où la nécessité de donner plus de moyens (pouvoirs d’enquête et d’investigation) à la Commission pour la transparence financière de la vie politique.

 

La simple publication des patrimoines n'est donc pas suffisante, c'est vrai. Elle était néanmoins nécessaire et nous devons saluer ce premier succès dans le long combat pour la transparence et pour la moralisation de la vie politique. Connaître les gens qui nous gouvernent est la moindre des choses. Découvrir que certains de ceux qui n'ont que les mots "efforts" et "sacrifices" à la bouche sont multi-millionnaires n'est pas inintéressant. Et dans tous les partis, des élus ou de simples militants se mobilisent pour faire avancer le pays dans le bon sens. Il y a tant à faire ! Suite à cette initiative, d'autres questions mériteraient ainsi d'être soulevées : pourquoi maintenir la "réserve parlementaire", système clientéliste par excellence ? Pourquoi ne pas obliger les députés et sénateurs à justifier de leurs indemnités représentatives de frais de mandat, là où tout citoyen doit produire moult justificatifs quand il opte pour les frais réels sur sa déclaration de revenus ? Pourquoi ne pas fiscaliser tous les revenus des parlementaires, alors même que leur première mission est de voter l'impôt ? S'il est légitime d'examiner le casier judiciaire d'un citoyen désirant entrer dans la fonction publique, pourquoi n'écarte-t-on pas de manière permanente de la vie politique les personnalités condamnées par la justice pour corruption ?

 

Bien sûr, ces quelques propositions ne règleraient pas la question du chômage, pas plus qu'elles n'aideraient à lutter contre les inégalités ou à répondre aux problèmes d'insécurité. Cependant, la fracture entre les Français et leurs "élites" auto-proclamées est trop grande pour être balayée d'un revers de main. Le poisson pourrit toujours par la tête, et il semble totalement illusoire d'espérer une société apaisée si l'exemple ne vient pas d'en haut.

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sans emploi ou fiché en banque bénéficiez d'un crédit à 1,2% le taux 11/09/2016 22:51

Plus besoin de banque, le prêt en ligne sans banque sûre et sécuriser.
Plus de besoins de banque, avant d'avoir un crédit, avec des conditions favorables.
Vous avez besoin d'un financement pour votre maison, pour vos
Affaires, pour achat de voiture, pour l'achat de moto,
Pour la création de vos propres entreprises, pour vos besoins
Personnels plus de doute. Nous octroyons des crédits personnels
Allant de 2000 jusqu'à 1.000.000 avec un taux
D'intérêt nominal de 1,2 % quel que soit le montant.
Veuillez nous préciser dans vos demandes de prêt
Le montant exact que vous souhaiteriez et la date.
Veuillez nous écrire pour vos prêts personnels.
Réponse rapide : Carlosduvrait@yahoo.fr